fbpx

Parole de Dieu

« Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles »

(Lc 1, 51-52)

Méditation

Le Magnificat semble prendre ici l’allure d’un chant guerrier. Si Marie sait de qui elle parle quand elle parle de Dieu, de la grandeur qu’il confère à ceux qui l’accueillent, de la puissance de son bras qui disperse tous ceux qui s’imaginent tirer leur force d’eux-mêmes ; le Magnificat n’est pas pour autant appel au combat, mais bien plutôt constatation que Dieu seul règne vraiment en ce monde. Si le chant de Marie est fier et plein d’assurance, il est cependant le contraire d’un chant d’orgueil, car ce n’est pas la confiance en soi qui est ici exaltée, mais bien plutôt la confiance en Dieu. La grâce de Lourdes, c’est la grâce de savoir que, dans tous nos combats, seule la confiance en Dieu peut nous faire triompher.

Résolution

Avec Marie, demandons au Seigneur la grâce d’avoir plus confiance en lui qu’en nous-mêmes.

Prière & Clausule

Un «Notre Père»

Dix «Je Vous salue Marie»
– proposition de clausule :

Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes, et Jésus, qui élève les humbles, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.

Un « Gloire au Père »

Chant à Marie

En toi, j’ai mis ma confiance,
Ô Dieu très saint,
Toi seul es mon espérance
Et mon soutien ;
C’est pourquoi je ne crains rien,
J’ai foi en toi, ô Dieu très saint.
C’est pourquoi je ne crains rien,
J’ai foi en toi, ô Dieu très saint.

A propos du Frère François-Dominique Forquin

Le frère François-Dominique Forquin a 43 ans. Il est dominicain depuis 20 ans. Après avoir exercé de nombreux ministères dans des milieux variés, il est actuellement aumônier national des Equipes du Rosaire, premier mouvement d’apostolat des laïcs en France. En ce mois d’octobre, il vient de prêcher le dernier pèlerinage du Rosaire, sur le thème : « Comblés de grâce ! »